Raid VTT 2015

RAID VTT 2015.

LES MALVILLOIS AU ROC D'AZUR.

Logo roc d azur

LES INFOS ICI (clic)


C'est parti pour quatre jours de VTT.

Roc azur 0


Une bonne préparation c'est important...

Roc azur 3


Sur la ligne de départ.

Roc azur 5


Visite du salon.

Roc azur 6Roc azur 8Roc azur 9


Essais du Trek en 29 pouces,

du Lapierre Zesty 827ei shock pour Fred, le Xcontrol 727 pour Michael et le spicy team ei shock pour Richard.

Roc azur 10Roc azur 11Roc d azur 2015 21Roc d azur 2015 22Roc d azur 2015 23


Vendredi 09 octobre 2015 

RANDO ROC ODYSSÉE 37km.

Vendredi 09 10 2015 parcours 37kmCANYON ROC MARATHON 82km

Vendredi 09 10 2015 parcours 82km

Roc d azur 2015 15

38Km d échauffement,  très bien passés mais beaucoup de bouchons.

Le Roc d'Azur est aussi très boueux cette année

RANDO ROC ODYSSEY: 37km: 02:48:52: LEJEUNE Philippe dossard 34792.

CANYON ROC MARATHON 82km 07:28:58 ROUXEL Jean-Yves dossard 1139

Roc d azur 2015 16


Nous voici maintenant à Fréjus pour le roc ruelles

Kids et  adultes s'affrontant à travers les escaliers et les ruelles serpentées de Fréjus

Roc d azur 2015 17Roc d azur 2015 18


Et le traditionnel verre de bière

Roc d azur 2015 19


Samedi 10 octobre 2015: c'est parti!

ALLTRICK.COM RANDO ROC NOIRE POWERADE50KM.

Samedi 10 10 2015 parcours 50km

Roc d azur 2015 2410mn la tension monte...

Roc d azur 2015 25C'est partiiiiiiiiiiii...

Roc d azur 2015 26

Le chef est de retour Mais malgré les apparences Galère juste a la fin après 3 crevaisons 

Superbe rando quand même sous un soleil extraordinaire et 25 degrés

Hier vendredi c'était leur roc odyssée 38 pour Philippe et Le roc marathon pour Jean-Yves et Réginalde 85

Aujourd'hui c'était le rock noir 50 km pour L'équipe

Demain c'est Philippe qui conclue le we pour le roc d azur avec 56km

ALLTRICKS.COM RANDO ROC NOIRE POWERADE - 50KM   05:31:57 44328 BLANDEL Frederic
ALLTRICKS.COM RANDO ROC NOIRE POWERADE - 50KM   05:10:28 44099 TESSIER Richard  
ALLTRICKS.COM RANDO ROC NOIRE POWERADE - 50KM   05:10:29 44100 MAHE Michael

 

 


Un des plus beaux points de vue du Roc d'Azur

Roc d azur 2015 27

Les joies du vtt.

Roc d azur 2015 29


C est aussi le spectacle de voltige

Roc d azur 2015 28

Allez hop, la bise du président et au lit.

Roc d azur 2015 30 0


Dimanche 11 octobre 2015.

Ambiance du matin.

Roc d azur 2015 30 2Roc d azur 2015 30


ROC D'AZUR 56KM.

Dimanche 11 10 2015 parcours 56kmRoc d azur 2015 31Roc d azur 2015 32Roc d azur 2015 33Roc d azur 2015 34

ROC D'AZUR - 56KM  2704  05:20:00  2445  LEJEUNE Philippe

Pendant que certains transpirent...

Roc d azur 2015 42Roc d azur 2015 43


FIN.

 

Et voilà le Roc d'Azur s'achève avec la dernière course

Tout s'est très bien passé, pas de casse, pas de chute, pas de crevaison. 58 km avec une moyenne déplorable de 12 km heure.

C'est une course particulièrement exigeante mais avec énormément de bouchons.

On passe son temps à attendre, accélérer brutalement, attendre. Le coeur en prend un coup.

Malgré toutes les difficultés, les murs de pierrier  ont été franchi.

Et pour finir le temps de course total avec les arrêts  :  5h20

 

Donc un bilan de week-end extrêmement positif , chacun a trouvé sa petite course où son activité a réaliser;

Le principal pas de chute pas de blessé 

 

Et pourtant il y avait de quoi se casser la G...

 


Petit débriéfing...Roc azur 40

 

RAID VTT 2015.

UN MALVILLOIS AUX ROC'H DES MONTS D'ARRÉE.

Bandeau

CR d’un dimanche en Bretagne, par Cédric.

Arrivé le samedi soir à COMMERA dans le logement loué pour l’occasion par nos amis de FAY et de CORDEMAIS, l’ambiance était bouillante et bonne enfant.

Le logement c’est une ancienne école ou les salles de classe sont reconverties en dortoirs, salle de bains, c’est immense et fonctionnel.

Les plus téméraires (et alcoolisés) iront se coucher tard, quant à moi je prends possession de mon lit vers 23H, je préfère être en forme pour le lendemain matin.

Réveil 6h, arrivé sur le site 7H45. Nous sommes  15 dont la plupart sur le 100km, seul Valoch et stéphane iront sur le 90km.

Le ciel est bleu ce matin, l’air est frais mais c’est largement supportable.

Nous sommes dans une vague, et nous nous élançons tous ensemble.

Nous nous suivons c’est assez roulant mais malgré tout nous nous arrêtons plusieurs fois sur les 10 1er kilomètres.

Le terrain ressemble au notre, mais avec de grosses cotes qui font mal aux jambes. Le brouillard fait son apparition.

Notre groupe se disloque, en tête Arnaud de Fay avec notre Laurent en pleine forme (malgré les excès de la veille) et Jordan , moi intercalé avec Landry pas loin, et le reste du groupe.

Le 1er ravito à 21km, il est temps de récupérer, les longues cotes nous ont fait mal.

Landry a lourdement chuté dans un bois à cause de la buée sur ces lunettes, il ne voyait rien et paf une racine ! La main écorchée, un bleu sur la cuisse, mais il est dur au mal !! Un pansement aux premiers secours, un bisou de l’infirmière et c’est reparti ! On repart tous ensemble.

Le brouillard est pesant, et je suis obligé de rouler sans lunettes, et paf deuxième racine pour Landry dans un bois, mais cette fois ci sans graviter. Quelques jurons et nous repartons.

Quelques ralentissements sur les parties plus technique et quelques passages bien gras.

2ème ravito à 35 km, avec Landry on retrouve nos compagnons d’échapper qui repartent déjà, le LOLO est en forme ! Sur le ravito nous trouvons du pain, pâté, figue, crêpes , c’est copieux et bon. Tous les bénévoles sont déguisés c’est sympa et la musique envahie les alentours.

Encore de bonnes cotes qui n’en finissent pas, on se croirait au mont d’Or mais les portions dans la boue nous gâche notre progression et nous marchons encore et encore.

Le brouillard en encore bien présent et nous bloque la vue.

Nous roulons toujours avec Landry mais il y a toujours du monde avec nous, il faut faire attention dans les descentes.

Le soleil fini par pointer son nez, nous rechaussons nos lunettes, quelle galère ces lunettes de vue !

Toujours des portions bien hard, et on avance pas bien vite, à ce rythme-là on va rentrer avec la nuit.

Nous longeons une colline avec vu sur le lac de saint Michel, la vue est magnifique.

3ème ravito à 50 km, il est midi et on a faim, ça tombe bien, c’est le ravito ++++ avec salade de pate, charcuterie, pâté, pain, il nous fait un bien fou. Juste le temps de voir Laurent et son peloton de tête qui repartent.

Enfin des portions plus roulante, mais toujours ponctuée par des passages de boue. Quelques bons singles rapides !

4ème ravito au 70 km, toujours aussi animé et bien garni.

Passage de plusieurs parties à travers les bois, ensuite nous entamons un single à travers les landes et paf troisième chute de Landry, celle-ci très violente, le propulse par-dessus son vélo et sa tête heurte le sol, heureusement que son casque était bien attaché, plus de peur que de mal, Ouf.

Je passe devant et nous continuons le single sur plusieurs kilomètres, c’est très étroit et les cailloux sont nombreux, les ornières attendent nos erreurs de pilotage. Mais ça passe !

Kilomètre 80, nous récupérons tous les autres circuits et nos deux compères, valoch et stéphane ( qui discute toujours autant !!), mais on continuera notre chemin sans eux.

5ème ravito, à 85 km, toujours aussi garni, c’est plaisant, mais on ne s’attarde pas, on a envie de terminé avant 17h, les jambes sont fatiguées et j’ai mal au tendon de ma cheville droite.

La dernière partie est terrible, trop de passage à pieds ou dans la boue, tout le monde est exténué et peste.

Il faudra s’encourager pour ne pas mettre le pied à terre dans les dernières cotes, notamment la dernière à 300 m de l’arrivée, une mini montée infernale.

Nous retrouverons nos trois compères à l’arrivée, un lavage du vélo et du bonhomme ( Je me croyais à FAY cette année), un sandwich saucisse et une bière clôtura cette sortie.

100km.

7h00.

Les + : L’organisation générale, la bonne humeur des participants, la vue (après le brouillard), les ravitos et leur ambiance.

Les - : Les arrêts du au nombre de participants (pas très longs mais répétitifs), les passages dans la boue trop nombreux, la répartition des difficultés (trop au départ )

7/10.

A refaire par temps sec, uniquement.

                                                                      Cédric.

Les roc h des monts d arree 0Les roc h des monts d arree 1Les roc h des monts d arree 2Les roc h des monts d arree 3Les roc h des monts d arree 4Les roc h des monts d arree 5Les roc h des monts d arree 6Les roc h des monts d arree 7



 

RAID VTT 2015.

CINQ MALVILLOIS DE RETOUR DE LA TRANSVOLCANIQUE,

Transvolcanique 1

Rimg1783

(Fred B, Jean-Yves R, Cédric S, Franck R et Stéphane T)


 PHOTOS ALLER (clic)


PHOTOS RETOUR (clic)


 

La Transvolcanique 2015, à l’assaut des volcans d’Auvergne.

 

Petit clin-d’ œil à Philippe qui a dû céder sa place suite à un petit problème de santé.

Au travers de ce petit compte-rendu, nous tenons à remercier l’organisation et les quelques 180 bénévoles dévoués à nous faire passer un moment inoubliable.

Encore merci pour votre amabilité, vos sourires et surtout vos encouragements.

Nous reviendrons, c’est sûr !

Le rendez-vous est donné chez Fred, qui a réservé un mini bus pour l’occasion.

Nous sommes six : Fred, Franck, Jean-Yves, Cédric (le remplaçant), Stéphane et Denis (d’Airbus).

Mais quand on part sur un RAID, il est nécessaire de prévoir une check liste pour ne pas oublier ses chaussures par exemple (n’est-ce pas Cédric! Merci qui ? Merci Franck !) de prévoir aussi des gardes boues AV et AR, des plaquettes de freins de rechange, et des sacs poubelles de 50 litres …… bien sûr ! Mais ça, on l’apprend avec un peu d’expérience.

On place les vélos sur la remorque et au moment de la brancher, le véhicule à un branchement européen !!!

On profitera de l’arrêt chez les cycles Lemaître pour prendre le vélo que Franck à réservé et pour acheter la prise qui va bien.

Mis à part ça, tout va bien, c’est bien parti...

6 heures de route et nous arrivons à l’hôtel. 

De peur des vols, on nous autorise à monter les vélos.
Comme dirait Fred : ‘‘c’est bien la première fois que je dors dans la même chambre que mon VTT !’’

Une petite soirée tranquille (pâtes bien entendu) et au lit.

Première partie : Blanzat / Mont Dore.

Debout 6h30, il nous faut soit disant 7mn pour relier la ligne de départ.

Il nous en coûtera 20mn !!!

L’orage gronde et une averse nous accueille au départ de cette aventure.

On récupère nos plaques et un bandana en cadeau puis direction le petit déj. sur place.

L’organisation est bien rodée. Pas de pertes de temps. On dépose les sacs pour le lendemain.

Sur la ligne, pas mal de club de notre région : les Marsiens, le club de Crossac, Rocheservière... bref, des personnes sympas que l’on rencontre régulièrement.

9H00, départ groupé.

Malheureusement, il générera des bouchons dans plusieurs endroits. Un départ par vagues serait judicieux…

Les chemins sont assez larges et les côtes 8 %,(faux-plats pour eux) sont très longues. Il faut rester au rythme.

Nous roulons bien mais lors d’un passage en sous-bois, Denis se fera piquer par un frelon. Il souffrira mais en silence...les Briérons c’est du solide !

Le temps se maintiendra pendant 2 bonnes heures.

Le premier ravitaillement arrive. Il est très copieux avec des petits plus, des mini sandwichs jambon blanc, du thé, du café et bien sûr du Cantal !

Sur chacun des ravitaillements, il y aura des stands réparations qui s’avéreront judicieux. Il y a aussi des parcs à vélo gardés : si le numéro de bracelet ne correspond pas au numéro de plaque de vélo, on ne passe pas !

On repart, il est 11h30 l'orage se pointe.

On prend le temps de mettre les vêtements de pluie. Le terrain se dégrade rapidement et il faut faire très attention lors des longues descentes rapides.

Heureusement que les chemins sont larges !

2ème ravito, 38km, il pleut beaucoup. Les bénévoles sont de bonne humeur et aux petits soins, cela fait du bien.

Il tombe tellement d’eau que les organisateurs mettent en place une déviation pour alléger de 6 km le circuit.

On apprendra par la suite qu’une grande partie de ceux qui l’on emprunté, ont tous fini à pieds.

Pendant 4 heures, l’orage déversera en tout 40mm d'eau.

On arrive à St-Genes Champanelle pour le repas du midi , on a parcouru 48km.

Mais là, il y a du monde partout et c’est la queue pour accéder à la salle.

On patientera 45mn sous la pluie avant de pouvoir se mette à table.

On est trempé jusqu’aux os. On se met à l’aise, comme tout le monde, pour essayer de se réchauffer et afin de sécher un peu les vêtements.

Le repas chaud est merveilleux. De la blanquette de veau maison avec du riz, une salade en entrée, du fromage et une tarte. Cela fait vraiment du bien.

Une fanfare est présente dans le Gymnase. Elle joue fort pour étouffer le bruit de la pluie et réchauffer les cœurs.

Il est temps de repartir. On remet les affaire encore humides et c’est là que Franck nous fait découvrir le sac poubelle poncho.(Merci qui ? Merci Franck !)

Ce sera la naissance des « Bigoudènes Auvergnates ».

Il pleut toujours autant. On profitera du changement de chambre à air du vélo de Denis pour rester un peu plus longtemps au chaud.

On tremble de froid...c’est dur… le moral est en baisse.

On réfléchit à deux fois avant de repartir, certains abandonnent déjà mais pas un Malvillois ! Les Malvillois ont du courage à revendre…….

On s’élance donc à l’assaut des volcans !

En enfourchant nos montures, on peut entendre ici ou là des petits cris de douleurs.

Le frottement sur la selle des cuissards humides gorgés de petits cailloux projetés par les roues, a un effet de ponçage au grain 40. Il y a de l’irritation dans l’air...

La pluie cesse petit à petit et les éclaircies pointent leur nez, le brouillard se lève et les températures remontent. Le moral aussi.

On commence enfin à voir les montagnes et les paysages. Le puy de Dôme s’offre de nouveau à nous. On l’avait presque oublié !

Le sol est lourd et détrempé, l’eau ruisselle. Les jambes sont dures mais tiennent bon.

Le dernier ravito arrive, il ne reste que 15 km.

On en profite pour bien s’alimenter. L’effort est plus sérieux que prévu.

Pour cette dernière partie, il faut monter, monter et encore monter pour enfin avoir le plaisir de prendre une descente rapide et assez technique.

On s’enflamme, ça glisse, ça secoue pas mal mais à filer à toute vitesse, les freins chauffent et à rester debout, l’arrière train respire un peu !

A mi- descente, arrêt obligatoire devant la cascade.

Cédric de Rocheservière est déjà dessous pour le grand lavage : Venez les Malvillois, elle est super bonne !!

On se regarde et vue l’état des bonhommes, on se dit que ce ne sera pas pire !

Elle aura pour effet de tout décrasser, le cavalier et la monture.

On demandera à Cédric d’immortaliser ce moment, ce qu’il fera de bon gré.

On reprend le circuit et c’est à une bonne vitesse que l’on arrive au terme de cette virée.

A l’arrivée, un simple stand, bien garni mais sans pression !

On ne traîne pas trop car pour rejoindre notre couchage, il faut descendre encore 6km.

90km et 6h50 du départ, on est devant l’hôtel.

Un pointage, on récupère notre sac d’affaires sèches et hop, à la douche.

On a tous des douleurs mais Franck à encore une potion magique.

Une crème apaisante nous soulagera du moins jusqu’au lendemain. (Merci qui ? Merci Franck !)

Direction le réfectoire pour une mousse bien mérité.

Le repas du soir est copieux. Allez hop ! Gros dodo.

Deuxième partie : Mont Dore / Blanzat.

Lever 7h00. La nuit a été assez bonne. Mis à part le mal dont vous connaissez maintenant l’existence, tout le monde est bien physiquement ;

Jean-Yves a les yeux un peu pochés. Il nous dira que son voisin de chambre devrait s’inscrire à la fanfare locale !

Petit déjeuner copieux, on récupère les vélos, un pointage de départ et on s’élance sur le retour.

Le parcours est balisé en bleu. 3Km et nous voilà sur le circuit (pas de stand de départ, c’est direct dans les bois)

Le temps est de la partie.

Tout ce que l’on a descendu hier à vive allure, sera remonté ce matin !

Le rythme est léger, on mouline pour se mettre en jambe car on emprunte des sentiers plus escarpés.

Cela ressemble plus à une randonnée du dimanche.

Les passages sont superbes, la montagne est là et on peut en profiter pour prendre de belles photos.

Après 10 km de côte, la descente est ravagée par les pluies de la veille. On essaie tant bien que mal de suivre une trace imaginaire, ça ‘drift’ dans tous les sens. On se prend au jeu et avec un peu plus de vitesse ça passe aussi. Ce qui aurait pu être une galère devient très vite un jeu.

1er ravito après 20 km de chemin et déjà 700 m de dénivelé pour arriver au sommet du col de la Croix Morand déjà passé la veille, il y a beaucoup de monde. On se fraye un passage. La bonne humeur règne.

On continu de descendre et un parcours allégé est proposé.

Fred décide de s’y engager, la suite lui en donnera raison. Il flânera et discutera beaucoup avec les rencontres du moment. On le retrouvera pour le repas du midi.

Cette boucle de 13 km nous emmènera vers Saint-Nectaire. Nous roulons vite sur les grands chemins descendants mais, très vite le relief s’affiche.

Sur ces 13 km, la moitié sera à monter. Et quand je dis à monter, c’est à monter dur.

On se croirait à chaque instant au pied de notre montée infernale mais multiplié par quatre.

6, 7, 4, 3, 5, 6 km/h, on est à la limite de poser pied à terre.

Mais non, on s’accroche, on a la tête dans la roue avant et à chaque virage, quand on entends Jean-Yves s’exclamer : ‘oh là là ! et c’est pas fini ! , on se doute de ce qui va se dresser devant nous.

En haut, on resserre à chaque fois le groupe ce qui nous permet de reprendre nos esprits.

Les descentes sont plus rapides et plus techniques. C’est un vrai régal. Mais chaque montée sera aussi de plus en plus dure avec des pourcentages à faire frémir un escargot…Cédric n’a plus de plaquette et galère un peu.

2ème ravito, 34 km dans un petit village typique Auvergnat. Les jambes sont lourdes mais tiennent bon.

Quelques étirements font du bien.

Au poste de réparation, pas de chance, ils n’ont pas la bonne référence de plaquettes.

Cédric décide de continuer comme cela. Tant pis il ne freinera que de l’avant.

La suite du parcours est rapide mais ça grimpe toujours aussi fort.

Les monts s’enchaînent et nous arrivons très vite pour le repas du midi.

Au menu : salade de surimi, bœuf bourguignon pomme de terre fromage yaourt et pomme. L’eau et le vin rouge sont à volonté.

Cédric et Jean-Yves profiterons du stand mécanique pour mettre des plaquettes neuves. Cela s’avérera un très bon choix vu la suite des hostilités.

Il reste 30 km. Nous repartons vite car ils annoncent de la pluie.

En effet elle arrivera un peu plus vite que prévu mais rien à voir avec la veille.

Juste un crachin Breton dont on a l’habitude. Les Bigoudènes seront tout de même à nouveau de sortie.

Dernier ravito, on demande aux bénévoles quel est le reste du programme ;

On nous informe d’un léger faux-plat de 4 km avec quelques côtes et une arrivée en descente.

Je pense qu’ils se sont un peu moqués de nous !

Le faux-plat est une côte et les quelques côtes, des patates.

L’Auvergnat est taquin et moqueur !!

Par contre, pour le final, là ils ont vu juste. On descend sur 8 km.

Le dernier single annoncé comme technique est génial.

La pente est sévère et les virages en épingle. On slalome, on glisse, les freins bouillonnent, un vrai bonheur !

On arrive sur l’asphalte, on a toujours de la vitesse et c’est presque en sprint final, debout sur les pédales que nous arrivons groupés au terme de cette magnifique aventure.

On est fatigué...on se regarde…l’émotion est bien présente...on a réussi…

Direction, la salle pour déguster la bière offerte par l’organisation.

Elle est bien meilleure que d’habitude ! Allez savoir pourquoi ?

On rince les vélos, un petit kir de partance comme dirait Fred et nous rejoignons l’hôtel pour la douche.

Un petit apéro entre amis pour fêter tout çà, un resto et au dodo.

Le retour le lendemain se fera dans le calme. A trois chauffeurs c’est plus prudent car la fatigue est bien là.

C’est au Boistuaud chez Fred, que l’aventure se termine. Les avis sont unanimes :

Nous venons de passer un des plus beaux moments de vtt de notre vie.

 


Petit commentaire de chacun.

Cédric.

Les + : petit déj sur place, le couvre tête en cadeau (que j’ai oublié quelque part), la bonne ambiance et les bénévoles aux petits soins, les ravitos bien garnis dans l’ensemble avec des petits sandwichs et morceaux de Cantal, thé et café sur les ravitos, les stands réparations, les repas chauds et fait maison qui font un bien fou au moral , la vue sur le parcours quand il n’y a pas de pluie ni de brouillard, les parcs à vélo gardés, les dernières descentes rapide et techniques, notre sprint final … et les sacs boy !

Les - : Le départ/Arrivé sans arche, le prix des photos (10€), le départ groupé qui les piqûres de guêpe, les faux plats de 8%, le fléchage minimaliste, certaines filles qui roulent plus vite que moi.

Les -- : le Rouxel qui roule trop fort !

Fred.

Un super week-end de pur vtt avec de grosses galères, surtout à monter sous des pluies d'orages. Mais il y a eu aussi de vrai moment de bonheur avec de longues descentes, ça sentait un peu les plaquettes brûlées!!!!!!!

Par contre j'avais l'impression d'avoir une selle en bois tellement j'avais mal au cul!!!!!!

 

Franck.

Salut les mecs,

Ne pas diffuser la photo please, j’ai une réputation moi !!!!!!!!!!!  en sac poubelle ça le fait pas.
 

Jean-Yves.

C’est vrais que ça fais un peu mal aux jambes

Mais pour des jeunes comme vous je ne comprends pas.

Si nous avions eu du vent comme aujourd’hui cela nous aurait été bénéfique pour les montées.

En tout cas une aventure à refaire.

Merci à tous

Denis.

Je vois, que les jambes nous font mal.

Merci à tous, d’avoir partagé ce week-end.

Merci à  Malville pour l’organisation.

A+ pour de nouvelles aventures.

Stéphane.

Oui c'est ben vrais ça! comme dirait les bigoudènes d'Auvergne!

J'ai des courbatures aux pattes moi aussi! Mais des images plein la tête…

Merci pour cette aventure, on à passé un très bon moment.

Pourvu que ça dure…

Merci Fred pour l'organisation du week-end.

 

La transvolcanique 2015 aller 00

La transvolcanique 2015 article la montagne

Transvolcanique 2015 article o fTransvolcanique 2015 article p o

 

LES INFOS ICI (clic)


Parcours officiel 2015 (aller/retour)

Plan


 

RAID VTT 2015.

 

30 mai 2015: Deuxième raid de l'année: L'une des plus belle édition des Run du sillon!

Logo10 1

Compte Rendu des Runs du Sillon 2015.(Y-M)

Tout d'abord un grand bravo et un grand merci à toute l'asso des runs grâce à qui nous avons passé un très bon moment sur le vélo et après.
Arrivée à 7H15 à Fay de Bretagne. Le temps est déjà au beau fixe et promet une bonne journée. L'inscription et le petit café d'accueil nous permette de saluer les organisateurs. Les souvenirs des Fayennes ne sont pas loins et ont laissés quelques souvenirs à raconter.
Nous sommes 3 malvillois à prendre le départ du 100 kms. Stéphane, Philippe et moi sommes sous la banderole de départ à 7H30, ou plutôt 7H40, le temps que Steph fasse la bise à toute les connaissances. Petite photo de Jean-Yves et c'est parti! Départ de Fay, le temps de se chauffer un peu, un peu de chemin roulant, on se rassure, le terrain a bien séché, ça sent la poussière. Mais a 3 kms, premier bain de pied par le cours d'eau avant d'attaquer les premiers bois techniques. Au bout de 15 kms, on se rend compte qu'il va falloir temporisé, la dénivelé annoncée de 2400m est bien la!
Passage de Fay bien tracé, on file vers Malville, petite descente vers le cul du Chien pour le 2e rincage de pied, le 1er ravito est au pied de la salle de Malville a 20 kms et va faire du bien. Il va falloir bien s'alimenter pour gérer l'effort sur la durée, et pour ça, nous ne sommes pas déçu, ravitaillement très copieux, on retrouve les malvillois en plein boulot, une petite pause efficace et on repart.
2e portion entre Malville et Cordemais: On apprécie nos terrains malvillois sous ces conditions, même si on connait le terrain, les difficultés ne sont pas moindre. Le passage par le Tertre coupe le rythme et le souffle, ça passe pour les 1 eres montées, on remonte vers la montée infernale...Ouf, on bifurque à gauche et évitons cette galère, les GO nous ont un peu soulagés. Petite portion de GR3 avant d'arriver au ravitaillement de Cordemais. On retrouve Fred qui fait sa reprise VTT sur le 80 kms et partageons un bon moment avec les cordemaisiens pour se recharger et enchaîner. De la musique, un arbre à vélo, pleins de surprises qui font oublier nos 1e douleurs. 3e portion vers Savenay . Les singles et boucles techniques de Cordemais ont été bien choisies et l'enchainement ne laisse pas de répis. vallée du Sillon, le Goust, on passe 60 kms et on arrive sur Savenay qui sera la portion avec le plus d'enchainements. On s'accroche, on essaie de maintenir à 3 même si Philippe trouve qu'il y a plus de montées que de descente! Dernier passage technique de Savenay dans le bois de Sapin et soulagement: ça sent la saucisse. L'idée des grillades est une très bonne idée, avec le soleil, la bonne humeur et un bon jambon grillé, on récupère bien et on a envie de continuer. On file vers Malville pour les dernières portions, mais il faut rester concentrer, le tour du lac de Savenay et le bois du golf, on se régale mais les cuisseaux chauffent. Passage par le point du jour et la seigneurie, on arrive au dernier ravito de Malville et Philippe nous rejoint. Après 10 kms de galère, il a repris son rythme, et il a bien fait, car ce ravito est un vrai buffet. Avec la frite à Pollux et la saucisse à Marcel, c'est un ravito inédit et 5 *****. On se régale, on rigole, quelques photos de Claude et en selle pour en finir. Même si cette dernière portion est plus roulante, les derniers singles feront mal et on a bien fait de gérer l'effort pour les derniers coups de cul!
Enfin le clocher de Fay à l'horizon, compteur à 100 kms tout rond, mission réussie. Passage sur le podium à 3 pour officialiser le défi, et direction la bière.
Le plateau repas au soleil font vraiment du bien, c'est ça le + des runs, on en profite également après pour débriefer avec les autres groupes. Le 2e groupe de malvillois sur le 80 kms est déjà arrivé et nous raconte leurs runs avec le sourire et quelques crampes!
Mes cascades du WE précédents à Bourgeuil ne m'ont pas pénalisés et ces runs se seront vraiment bien passés, j'ai appris la leçon, il vaut mieux manger que de se ravitailler au Chinon!
6h20 de vélo
100, 4 kms
9,5/10 (-0,5 pour le manque d'expérience pour la tireuse à bière ).

Run du sillon 2015

Les photos (clic sur l'image)

Les photos de l'organisation((clic sur l'image)

Ravito pollux


RAID VTT 2015.

 

24 mai 2015: Premier raid de l'année: La Pente et Côte à Bourgueil.

6 Malvillois incrits sur le 100km.

Mission accomplie...

LES PHOTOS DES ORGANISATEURS:(clic sur l'image.)

Snb logo detoure

NOS PHOTOS: (clic sur l'image.)

Pente et cote 2015 g 01

 

Raid VTT 100km en Pays Chinonais

Avant de commencer, nous tenons à remercier, Yves -Marie et Sandra pour ce fabuleux week-end.

Des inscriptions à la logistique, des visites guidées à la découverte d'un patrimoine et un accueil XXL ,Yves Marie pourrait créer le ''guide du VTTiste à Chinon''!

15 Malvillois, en comptant les femmes et les enfants, avaient fait le déplacement pour ce raid VTT : La Pente et Côte.

Départ de Malville vers 14 heures.

2 heures de route et Yves-Marie nous attend pour prendre possession des deux gîtes réservés pour l’occasion.

Ils sont typiques de la région, en tuffeau, et super propre.

Toutes les conditions sont réunies pour passer un bon week-end.

A peine installé, et il faut déjà partir.

Notre guide a prévu la visite de la cave ‘’Monplaisir’’ : tout est dans le nom...mais certains diront que ‘’le Chinon c’est pas bon !’’

La soirée est conviviale et sérieuse car le lendemain, c’est le grand jour.

Après une nuit moyenne, dû au stress, nous prenons un bon petit déjeuner. Dans le second gîte, Cédric nous fera découvrir la façon de réveiller tout le monde… sans réveil ! Pas mal je dois dire mais dangereux quand même !

Nous nous rendons à Bourgueil pour le départ du raid.

Sous les barnums, les bénévoles ont le sourire. C’est bien agréable.

Un petit café et nous nous élançons sous l’arche du départ.

Yves et le reste de la troupe partirons sur les circuits marche. Il fera un petit CR de son aventure.

Astrid, Ambre et sa soeur irons sur le circuit vtt de 35km.

Nathan s’élancera de son côté sur le 45km pour finir à 51km.

Il sera super heureux de sa performance !

C’est parti pour 100km !

Les vingt premiers km sont roulants parmi les vignes, les grands chemins et les forêts.

On déroule tranquillement.

20km, premier ravito. Bien garni mais il nous manque l’essentiel : un verre !

On devait nous donner, je site‘’un Eco-Gobelet aux couleurs du Week End Sport Nature en Bourgueillois, dans une volonté de développement durable et de réduction des déchets’’, lors du retrait des dossards mais il y a eu un petit oubli. Ils nous prêterons tout de même ce qu’il faut pour boire.

Nous repartons et les km défilent. C’est toujours roulant !

Bifurcation du 80 km : Cédric hésite mais en écoutant nos arguments (un peu pourris je dois le dire), il nous suivra avec un léger doute. Le regrettera-t-il ?

A peine engagé sur le circuit du 100km, qu’un participant arrive en sens inverse. Il s’est trompé de circuit. Pourtant au niveau signalisation, il n’y a rien à dire !

Pour le laisser passer, Yves-Marie se prend une ornière et paf... il chute ! Plus de peur que de mal. Tant mieux !

Nous traversons des sous-bois mais le débroussaillage est un peu limite. Les branches sont basses et nous caressent le visage.

A cinq en file indienne il faut se parler sinon c’est la claque !

37km second ravito. Toujours bien garni.

Nous rencontrons pas mal de têtes connues lors de notre rando : les Déraillés, les p’tits lu, il y a aussi Franck et Jacques (président du codep44) faisant partis du club de Couëron, représentants la FFCT pour participer à cette « verte tout terrain ».

Nous continuons notre route et une option technique difficile de 3km s’offre à nous. On la fait ? On la fait pas ? Bref, on a pas trop le temps d’en discuter que Jean-Yves saute déjà les premières bosses !

Cédric restera lucide et filera à son rythme.

On lui en donnera raison car ce single est mal aménagé. Les trous sont courts et la roue plante souvent. Le passage entre les arbres est étroit, cela manque de fluidité. On y laisse quelques plumes!

Jusqu’au ravito suivant, 52km le circuit s’améliore nettement.

On prend du plaisir.

Nous sommes à mi-chemin et tout va bien. On prend le temps de bien s’alimenter. Yves-Marie est connu et discute souvent avec les organisateurs. Il trinque aussi avec eux mais la couleur du breuvage est différent…(chut... le chinon c’est pas bon!).

La suite est un enchaînement de longues côtes assez pentues qui nous emmènent sur de très longues descentes. C’est génial.

Le rythme est toujours bon et on a même tendance à s’enflammer.

69km on passe un peu plus de temps pour les étirements car les jambes durcissent. Nous prenons du salé car nous avons déjà pas mal donné depuis le départ !

Nous repartons. Le circuit est toujours aussi bien malgré toutes ces branches Cette portion est ponctuée des petits singles fluides qui nous encouragent au fonds de nous-même.

On y laisse malgré tout des forces et il faut se contraindre à ralentir un peu.

83km, dernier ravito, les jambes sont bien là mais avec quelques douleurs.

On se remet en selle. La fatigue est là mais il faut rester concentré.

Malheureusement, dans un single sympa, Yves-Marie, notre cascadeur d’un jour, nous fera une figure qui n’est pas sur le manuel vtt et chutera lourdement à quelques centimètres seulement d’un arbre !

Il mettra quelques minutes à s’en remettre.

Yves-Marie remontera sur son vélo malgré la douleur.

Les derniers km sont roulant à travers Bourgueil et nous voyons enfin l’arche d’arrivée. Une photo des compteurs à 99,9km.

C’est gagné !

Cédric nous remercie de l’avoir un peu poussé à nous suivre.

C’est son premier 100km, mais pas le dernier...

Un petit lavage avec de bons jets et nous récupérons notre assiette garnie.

Le reste de la troupe nous rejoint et nous trinquons à notre exploit.

(Le chinon c’est pas bon!)

De retour au gîte pour un bonne douche, Yves-Marie, en boitant nous dit : ‘’J’ai une surprise pour vous !’’

Pas le temps de se changer qu’il faut descendre à la cave du propriétaire pour une autre dégustation !

2013, 2012, 2011, 2010…et après quelques blagues nous remontons nous doucher.

Bizarre mais le chemin semble plus long pour revenir au gîte…

Bah ! Vraiment pas bon ce Chinon !

Après une soirée arrosée comme il se doit, l’heure est venue de quitter les lieux.

Merci Guy pour ce super accueil.

Nous resterons pour visiter la ville Chinon qui est magnifique.

Un dernier resto pour contrôler si tous les Chinons sont pareils... pas mieux.

Après deux heures de route il est bon de retrouver dans notre fief.

Un dernier débriefing devant un verre du breuvage du week-end et là miracle ! Les arômes ressortent, il a du corps et de la cuisse !

On se regarde en se disant qu’on est sûrement passé à côté de quelque chose !

Le mieux sera de retourner sans faute l’année prochaine pour vérifier tout cela !

Avis aux amateurs...

Denivele pc 2015 100 km

D p et c logo snb